L’IITA ouvre un campus de recherche à Kalambo, en RDC

Au cours de cette semaine, les rues de Bukavu jusqu’à Kalambo seront fortement occupées par l’arrivée de nombreux invités honorables, allant de l’ancien président Nigérian Olusegun Obasanjo au président Kenyan Uhuru Kenyatta, à l’ancien président congolais Joseph Kabila et au président en exercice Felix Tshisekedi.

Le but de leur arrivée est de célébrer l’ouverture et la dénomination du nouveau campus de recherche de l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA) à Kalambo, au Sud-Kivu. A travers  l’innovation agricole, l’IITA vise à lutter contre les défis les plus urgents de la faim, de la malnutrition, de la pauvreté et de la dégradation des ressources naturelles en Afrique. L’ouverture du Campus de recherche est un énorme exploit pour l’IITA et une occasion importante pour la République Démocratique du Congo pour plusieurs raisons.

Premièrement, ce nouveau Campus de recherche ouvre cinq ans après que l’IITA ait initialement créé un centre scientifique à Kalambo. L’ajout  d’une station de recherche sur le campus démontre que l’IITA est convaincue que leur établissement est sécurisé dans la région du Kivu et, par extension, en République Démocratique du Congo. En outre, l’ouverture du President Olusegun Obasanjo Research Campus contribue à changer la conversation autour la République démocratique du Congo en un récit positif. En démontrant sa confiance en l’expansion des installations au Kivu, l’IITA souligne l’existence d’un potentiel inexploité abondant en RDC auprès d’autres institutions, organisations et individus.

Deuxièmement, la présence d’employés venus de tout le continent africain et la dénomination du bâtiment en célébration au travail accompli par le président Obasanjo peut faciliter l’élargissement de la vision congolaise au-delà du local, au-delà du national vers une vision plus continental (peut-être panafricaine). L’exposition constante à d’autres cultures par la présence d’autres nationalités travaillant au sein de la communauté du Kivu, conduira sans aucun doute à de nombreuses découvertes qui peuvent ne pas être facilement accessibles à tous au quotidien. Ce faisant, il ouvre la pensée de certains à devenir inclusifs de la société mondiale dans son ensemble d’une manière qui n’aurait peut-être pas été possible pour eux sans l’exposition directe au travail de l’IITA. L’IITA se joint à de nombreux autres efforts et plateformes qui encouragent l’utilisation du potentiel inexploité en RDC. Des organisations congolaises comme Action Sociale et d’Organisation Paysanne (ASOP) ont travaillé en étroite collaboration avec les jeunes congolais pour intensifier leurs efforts dans le secteur agricole à travers des plateformes de jeunes comme YouLima qui héberge une variété de programmes tels que des ateliers pour aider les agro-entrepreneurs à améliorer leurs projets.

Troisièmement, l’installation de ce campus offre des plateformes d’emploi et d’inspiration. Le campus nécessitera une gestion et donc du personnel, ce qui signifierait que l’IITA a ouvert des opportunités d’emploi pour les Congolais et plusieurs autres à travers le continent africain. Entre temps, en prenant la décision audacieuse de construire un campus à côté d’un centre de recherche avec des ressources technologiques mises à jour, et l’approbation de celui-ci par de nombreux dirigeants – y compris  l’ancien et l’actuel président Congolais -, l’IITA ne reflète pas seulement l’importance de l’agriculture au Congo et à travers le continent, mais crée également un point de repère qui peut inspirer plus d’individus à participer à l’agriculture à un niveau plus profond. En étant physiquement témoin des ressources qui peuvent être mises à leur disposition et de leur impact sur la production agricole, le profit et le mode de vie communautaire, beaucoup plus de gens seront inspirés et motivés pour poursuivre une carrière dans le secteur agricole.